Compte-rendu de Les gays sous le franquisme par Sophie Baby

L’historienne Sophie Baby a publié récemment un compte-rendu de mon livre Les gays sous le franquisme dans la revue Territoires Contemporains. Il est disponible ici.

Anuncios

Los homosexuales en Barcelona bajo el franquismo. Prostitución, clase social y visibilidad entre 1956 y 1980

Acaba de salir, tras dos años de procesos editoriales, un artículo mío en la revista catalana Franquisme i Transició. Revista d’Història i de Cultura. El artículo se titula: “Los homosexuales en Barcelona bajo el franquismo. Prostitución, clase social y visibilidad entre 1956 y 1980”. Se puede leer aquí :

2442-13193-1-pb.

Compte-rendu sur Lalucarne.org des Gays sous le franquisme

Martine Laroche a publié dans la revue Lalucarne, Arts, cultures, médias et homosexualités, un compte-rendu de mon livre Les gays sous le franquisme :

Les gays sous le franquisme – Discours, subcultures et revendications à Barcelone, 1939-1977
samedi, 01 octobre 2016
Les gays sous le franquisme – Discours, subcultures et revendications à Barcelone, 1939-1977

Comment vivaient les gays sous le franquisme ? Quels discours avaient-ils sur leur sexualité ? L’homosexualité était-elle vraiment condamnée ? À partir de nombreux journaux, ouvrages, témoignages, rapports de police et de médecins, documents d’archives des tribunaux de « vagabonds et délinquants » et de « dangerosité et réhabilitation sociale » – jamais étudiés depuis le retour de la démocratie en Espagne –, l’historien Geoffroy Huard tente de répondre à ces questions.
Oeil de La Lucarne :

Geoffroy Huard, historien, publie avec le soutien de l’université de Cadix ce livre au sujet fort intéressant et très peu connu.
Premières déconvenues, trouver des documents concernants l’homosexualité, or, seul le centre des Archives judiciaires de Barcelone lui ouvre ses portes, les autres grandes villes espagnoles disent non !
Bibiana Palomar Baró, la directrice des Archives lui donne alors le moyen de consulter plus de mille dossiers non ouverts depuis la libération démocratique de l’Espagne après la mort de Franco en 1975, même si les premières évolutions des autorités judiciaires à propos des gays ne sont apparues que deux ans après.

L’on sait qu’il y eut et qu’il y a toujours une vie homo intense et libre en Catalogne, mais pendant le « couvercle » du franquisme, que s’est-il passé ?
Fin de la seconde guerre mondiale : « selon les autorités, l’idée de défaite de la nation dans le contexte post-guerre civile était liée à la perte de moralité de la population : prostitution, délinquance juvénile, faible natalité, homosexualité, communisme et athéisme dont les républicains étaient coupables. » « C’est pourquoi des politiques natalistes furent développées et accompagnées d’un certain nationalisme viril dans le but de redresser la patrie et régénérer la grandeur de l’Espagne. » Promulgation de lois sur les vagabonds, les délinquants et les homosexuels « condamnés ou arrêtés parce qu’ils se prostituaient ou bien parce qu’ils faisaient ‘étalage de leur défaut d’inverti’, ‘étalage public de manières efféminées’ ou encore pour une ‘extériorisation scandaleuse de l’inversion’, ou une ‘conduite désordonnée blessant la moralité et les bonnes mœurs’ ». Sans oublier le rôle omniprésent de l’église catholique et de l’Opus Dei : « Les doctrines traditionnelles du Magistère de l’Église sur la gravité des relations sexuelles hors mariage et du péché solitaire et sur le caractère contre-nature et peccamineux de l’homosexualité [est un] vice énergiquement condamné par saint Paul. »

Geoffroy Huard rappelle la création, au début des années 1970, d’un mouvement clandestin pour lutter contre la nouvelle loi franquiste sur la « dangerosité et réhabilitation sociale », l’AGHOIS – Regroupement Homophile pour l’Égalité Sexuelle – qui deviendra le MELH – Mouvement Espagnol de Libération Homosexuelle.

Bref, un énorme travail de recherche, tout en nuances : « les chiffres montrent clairement qu’il n’existait pas une persécution ou répression systématiques », sans oublier de nous rappeler le rôle militant important d’aide qu’a joué l’association Arcadie en France et son responsable André Baudry. Et, en fin d’ouvrage, un ensemble inédit de plus de cent pages d’archives pour l’illustrer.

En pratique :

Les gays sous le franquisme – Discours, subcultures et revendications à Barcelone, 1939-1977
Geoffroy Huard
Éditions Orbis Tertius
ISBN : 978-2-36783-053-7 e-ISBN : 978-2-36783-084-1 ISSN : 2265-0776
Prix : 24,90 €
Ouvrage publié avec le soutien du laboratoire El problema de la alteridad en el mundo actual, HUM 536 de l’Université de Cadix

Il est également possible de le consulter ici.